Week-end en baie de Somme du 3 au 6 mai
 Vendredi 3 mai, le groupe se retrouvait le soir à l'hôtel Caudron à Rue (ancien hôtel du Lion d'Or où nous séjournâmes en l'an 2000) . Rue est une petite ville de Picardie, célèbre grâce aux frères Caudron, pionniers de  l'aviation.  Votre président  préféré arrosait son anniversaire, un de plus.
 Samedi,
 Pour traverser la Somme, il fallait trouver une journée sans verglas, où la marée basse ne se situait pas à 3h du matin, et réserver le soleil, nous avons donc choisi le 3 mai. En toute honneteté, il a fait un peu froid (5°  environ), c'est le seul reproche que j'accepterai, pour le reste ça baignait.
 Nous sommes donc partis bravement pour traverser la baie à partir du Crotoy, l'eau était un peu fraiche. Nous avons croisé la salicorne (qui n'est pas un escargot marin à corne) mais une plante halophile, qui croit en milieu  salé et que l'on consomme comme les haricots verts ou confite dans du vinaigre, la cochléaire officinale ou herbe au scorbut, le nereis ou ver de vase que l'être humain ne consomme pas (sauf exception). Nous avons  arpenté les mollières (zone herbeuse recouverte lors des grandes marées) appréciées des moutons de pré-salé et traverser les vasières où le mer se faufile deux fois par jour et nous avons atterri à Saint-Valery sur  Somme, les pieds mouillés et vaseux. Heureusement, Dominique et Jean-Paul nous apportait des chaussettes sèches ainsi que les pique-niques. Le train de la Baie de Somme nous ramenait, toussant, crachant vers Le  Crotoy où une terrasse nous accueillait pour un raffraichissement bien mérité, puis un petit tour de la ville avant le retour et la journée se terminait par l'apéro à l'hôtel Caudron.
 Dimanche,
 Cette fois ce sont les oiseaux qui nous attirent au Parc du Marquenterre où les canards, tadornes de belon, cygnes, chevaliers gambettes, hérons, cigognes, vanneaux huppés, se sont réunis pour élever leurs petits. C'est  un vrai festival de plumes et de chants et même la cigogne qui bouffe son cigogneau mort ne gâche pas le plaisir.  Puis un pique-nique, sous un nid de mésanges qui nourrissent leur famille, rassemble les estomacs.
 Après le pique-nique, nous partons, cette fois pour le festival de la fleur aux jardins de l'abbaye de Valloires. Là c'est un festival de couleurs que la végétation nous offre puis nous revenons à Rue où Brigitte & Richard  prenne le train de retour vers Paris en marche. Evelyne & Gilles nous offre le dernier verre... (avant leur départ bien sur) et après le dîner ce sont Michelle & Laurent qui repartiront. Ils faut bien payer nos retraites.
 Lundi,
 Une ballade-visite de Saint-Valery (prononcé Valry) est proposée aux 9 survivants.  Nous longeons le quai Blavet qui longe la Somme canalisée, puis l'avenue Courbet (pas Bruno, pas Gustave mais l'Amiral), puis passant par  la Porte de Nevers nous gagnons les remparts où se trouve l'église St Martin en damiers de silex et de calcaire, puis nous montons vers l'Abbaye, ou ce qu'il en reste et la chapelle des Marins au dessus du cap Hornu, à  l'endroit de la sépulture  de Valery, apôtre du Vimeu. On redescend ensuite par des rues fleuries vers le point fort de la journée, le repas au restaurant Guillaume de Normandy.
Retour à l'accueil