Clisson et la Sèvre Nantaise du 9 au 15 mai 2015
 Samedi : Arrivée au village Ternelia Henri IV à Clisson, installation et apéritif  offert par le centre.

 Dimanche : Après le petit déj, récupération des pique-niques et nous quittons le gîte pour descendre vers la Sèvre, que nous suivons jusqu’aux moulins de Gerveau et du Liveau.  Puis on quitte la rivière pour traverser les      vignes vers l’Oiselinière et le  Chaintreau. Nous nous dirigeons ensuite vers le Sauzay et rejoignons la Moine que nous suivons jusqu’au Moulin Cassé et remontons vers le Tail, puis c’est le retour vers Clisson sous le cagnard.  En arrivant à Clisson, nous traversons le parc de la  Garenne Lemot et trouvons places au café des Cordeliers pour la mousse traditionnelle ou autre liquide pour les antimousses.
 Lundi : nous descendons vers la Sèvre et le moulin de Plessard qui abrite une base de canoë kayak, puis nous passons à La Feuillée où ont été tournés les premiers épisodes de Pollux ; c’est aujourd’hui siège de  l’administration du Hellfest symbolisé par une tête de mort ornée de papillons qui trône  dans la cour et traversons la rivière par la passerelle de l’Arsenal. En suivant le sentier, nous arrivons au Moulin Neuf et empruntons  le vieux chemin royal jusqu’à la Sauzaie où se trouve le gîte de notre première incursion en pays nantais. Les plus courageux poursuivent la route pour une boucle de 6 km,  les autres empruntent la passerelle de Hucheloup  pour les attendre sur la rive gauche. Puis c’est le retour vers Clisson, par Antières sous un soleil de plomb. Catastrophe ! Le café des Cordeliers est fermé. Après 15 km pour les uns ou 21 pour les autres, les athlètes  harassés, dans un dernier effort,  affrontent les escaliers de Clisson et atteignent épuisés mais contents, le café du Commerce sur la place St Jacques. Dominique & Jean-Paul nous rejoignent au gîte.
 Mardi : Nous partons en voiture pour l’île de Noirmoutier, que nous atteignons par le pont. Après avoir garé les voitures, nous partons par la jetée Jacobsen, le long du polder du Müllembourg devenu réserve  ornithologique, puis nous pique-niquons à la plage des Sableaux avant de traverser le bois de la Chaize. Nous reviendrons vers Noirmoutier-Ville à travers les champs de bonnottes que les amateurs iront quérir à la  coopérative. Retour au continent, à marée basse, par le passage du Gois et à Clisson. C’est au tour d’Evelyne & Gilles de rejoindre la troupe qui est alors au complet.
 
 Mercredi :  Après la traditionnelle photo familiale près de la colonne Henri IV, nous prenons le train pour une journée à Nantes. 
 Nous rejoignons l’office du Tourisme où Domitille (notre guide) nous attend. Elle nous emmène pour un circuit historique dans la ville. Nous allons saluer Anne de Bretagne, avant de visiter le château des  Ducs de  Bretagne  situé sur la rive droite de la Loire dans le centre-ville de Nantes. Il était la résidence principale des ducs de Bretagne du XIIIe au XVe siècle. C’est une forteresse constituée de sept  tours reliées par des  courtines. La  cour possède plusieurs bâtiments datant des XVe, XVIe et XVIIIe siècles dont la résidence ducale construite en pierre de tuffeau.
 Le quartier médiéval du Bouffay, proche du château et de la cathédrale, situé à l’intérieur des limites de l’ancienne enceinte, date du XVe siècle. Il abrite un ensemble de maisons aux façades à pans de  bois, à colombages  et à encorbellements, ou reconstruites en pierre au XVIIIe siècle dans le parcellaire médiéval.
 Les bâtiments datant du XVIII siècle, dont les architectes les plus notoires sont Jean-Baptiste Ceineray et Mathurin Crucy, se situent dans les quartiers du cœur de la ville.
 On y retrouve plusieurs places comme la place Graslin avec le théâtre ; la place Royale, dont la fontaine représentant la Loire et ses affluents, les sols, les façades et les éclairages ont été rénovés en 2007 ; la place du  Commerce, la plus animée du centre-ville et la place Maréchal-Foch avec sa colonne servant de piédestal à l’une des rares statues de Louis XVI existant en France. Ces places sont reliées par de larges perspectives  comme le cours Cambronne (place Graslin), ou les cours Saint-Pierre et Saint-André (place Maréchal-Foch). Ces quartiers regroupent aussi l’ancien palais de Justice, situé place Aristide-Briand et dessiné par Chenantais,  l’hôtel de préfecture de la Loire-Atlantique (ancien siège de la chambre des comptes de Bretagne), le palais de la Bourse, et enfin l’île Feydeau, urbanisée en un seul ensemble, comparable à l’île Saint-Louis à Paris. Le quai  de la Fosse et les rues qui y descendent, où se trouvaient les maisons de filles à matelots, constituent l’ancien port de Nantes.
 Le château des Ducs, la place du Commerce, les façades de l’île Feydeau et du quai de la Fosse se trouvaient à l’origine le long des quais, au bord de l’eau. Le comblement à partir de 1929 des bras nord de la Loire et de  l’Erdre canalisée (devenue le cours des 50-Otages) a grandement transformé le caractère de la ville ancienne.
 Inaugurée en 1976, la tour de Bretagne domine la ville du haut de ses 144 mètres.
 Jean Nouvel est l’architecte du palais de justice de Nantes.
 La cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, de style gothique, est située sur la place Saint-Pierre. L’édifice voit le jour sous l’impulsion du duc de Bretagne Jean V et de l’évêque Jean de Malestroit en 1434. Sa construction  s’est déroulée jusqu’en 1891 (457 ans). L’église Saint-Nicolas est l’un des premiers projets néogothiques de France datant du XIX siècle. L’édifice se situe dans le centre-ville de Nantes. L’église Notre-Dame-de-Bon-Port,  construite en 1852, est coiffée d’un dôme faisant référence à celui des Invalides de Paris.
 Le passé industriel de la ville lui a légué un patrimoine important, notamment la biscuiterie LU devenue Le Lieu Unique. Les anciens bureaux des Ateliers et chantiers de Nantes sont des vestiges des établissements de la  construction navale à Nantes. Non loin de là se dressent deux grues. La première mesure 34 mètres. La seconde grue monumentale, classée monument historique, est un modèle Titan 01. Cette grue a été mise en service  en 1966-1967 et a fonctionné jusqu’en 2002.
 Le passage Pommeraye est une galerie marchande du centre-ville. Construit de 1841 à 1843, ce passage mixte constitué de commerces et d’habitats est construit sur trois niveaux. Il s’organise autour d’un escalier central  monumental et est orné de médaillons et statues, œuvres de Guillaume Grootaërs et Jean Debay. Le passage a été classé monument historique en 1976. La brasserie La Cigale a ouvert ses portes le 1er avril 1895. C’est  une brasserie Belle Époque d’inspiration Art nouveau. Elle a été classée monument historique en 1964.

 La fontaine de la place Royale, de nuit, éclairée en bleu sur fond d’immeubles éclairés en blanc.
 Née en 1979, une compagnie de théâtre de rue, le Royal de Luxe s’installe à Nantes dix ans plus tard. Le Royal y a notamment présenté de nombreux spectacles dont "La visite du Sultan des Indes", dont l’éléphant  parcourt toujours l’esplanade.
 Nous irons ensuite faire un tour à Trentemoult, où les couleurs des maisons sont surprenantes. Puis le Navibus nous ramènera sur l’autre rive, avant de nous retrouver tous au Lieu Unique pour la traditionnelle boisson de fin  de rando. Enfin, la SNCF nous reconduit, sans retard malgré la grève, à Clisson.
 Jeudi : Direction Haute-Goulaine en voiture. Après un passage vers le château fermé, nous nous dirigeons, sous la pluie, vers les marais de Goulaine. Nous randonnons le long des marais, traversons le pont de l’Ouen,  gravissons la  butte de la Roche d’où nous avons un panorama superbe sur les marais. Nous redescendons vers les marais et tentons de regagner les voitures par des chemins improbables, perdus dans les vignes.  Finalement, les voitures  sont retrouvées et nous visitons le château de Goulaine.
 Situé au cœur du Marais de Goulaine, le Château de Goulaine est le premier château de la Loire, aux portes de Nantes et de son vignoble. Il fut reconstruit au XVsiècle sur les ruines d’un premier château (datant du  Xsiècle).
 Le Château de Goulaine est depuis plus de dix siècles la propriété de la même famille. C’est en sa faveur qu’Henri IV érigea la terre de Goulaine en Marquisat. En poussant la porte, le visiteur découvre un château  Renaissance,avec ses cuisines du XVsiècle où la tradition maraîchère du vignoble est mise à l’honneur, et les salons, d’un luxe remarquable, parmi les plus beaux du Val de Loire. D’une étonnante richesse décorative, ils  portent la marque de Gabriel II de Goulaine, fils de Gabriel Ier de Goulaine et de Marguerite de Bretagne.
 Accueillant chaque année de nombreux visiteurs, ce remarquable édifice héberge l’exposition permanente de la collection LU. La plus célèbre marque de biscuits y est racontée à travers son patrimoine artistique  (tableaux, affiches, objets, mobilier…) et grâce aux œuvres d’artistes tels que Mucha, Folon, Sempé ou Gruau, l’histoire de cette marque de 1846 à nos jours n’a plus de secret pour les visiteurs. Retour vers Clisson et  arrêt à Gare Gamelles, chez Christine, pour le pot final.
 Vendredi : Ce dernier jour nous emmène à Château-Thébaud sur les bords de la Maine. Le départ commence par une sérieuse grimpette jusqu’au village d’où nous avons une belle vue sur la vallée et les falaises. Nous  cheminons ensuite dans la campagne par des chemins agréables, avant de se farcir une portion de bitume d’enfer puis nous retrouvons les ceps du melon de Bourgogne et arrivons dans un champ de genêts en fleurs où nous  pique-niquons. Nous descendons ensuite par un raidillon jusqu’à la Maine que nous suivrons par un chemin où nous croisons la Grenouille à Gilles (pour les puristes, c’est la grenouille agile) et terminons à Pont Caffino où nous  retrouvons les voitures.
 Nous gagnons alors le domaine de la Cornulière, chez Jean-Michel Barreau pour une dégustation de la spécialité régionale, issue du melon de Bourgogne, le muscadet. Monsieur Barreau nous donne un aperçu très  intéressant sur le muscadet, l’influence des terroirs, la vinification avant de nous faire goûter sa production, excellente par ailleurs. Après les commandes, il nous offre 3 bouteilles pour l’apéro.
 Ensuite, c'est la page à Nono, dont les photos sont arrivées par le dernier métro
 Samedi
 Dimanche
 Lundi
 Mardi
 Mercredi
 Jeudi
 Vendredi

Il semble que le vin modifie la vision....
 Samedi Après le petit déj, on se quitte avec regret et chacun regagne ses pénates avec ou sans bouteilles. Un grand merci à Casimir & Elisabeth pour l’organisation de cette super semaine, ainsi qu’à nos animateurs guides.
Retour à l'accueil